Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > Bourgeois gentilhomme (Le)

Molière de A à Z

Bourgeois gentilhomme (Le)

Comédie-ballet en cinq actes et en prose, représentée à Chambord, le 14 octobre 1670, dont la musique est de Jean-Baptiste Lully.

Monsieur Jourdain, riche bourgeois et fils de marchand, s’efforce de cacher la bassesse de sa naissance en suivant les leçons de maîtres de danse, de musique, d’armes et de philosophie, qui, en lui enseignant les usages de la noblesse, profitent de sa naïveté, malgré les remarques pleines de bon sens de son épouse. Dorante, un gentilhomme, feint d’être son ami, mais ne fait que profiter de la situation, en lui empruntant de l’argent et en faisant sa cour à ses dépens à une marquise, Dorimène, que Monsieur Jourdain voudrait séduire. Le jeune Cléonte, est amoureux de Lucile, la fille de la maison, mais Monsieur Jourdain ne rêve que de la marier à un gentilhomme. Dorante offre un festin à Dorimène chez Monsieur Jourdain, en sa présence, en lui faisant croire qu’il agit en sa faveur. Survient Madame Jourdain, furieuse, mais Dorante sauve la situation en prenant sur lui l’organisation du dîner, ce qui paraît habile au Bourgeois. Entre-temps, le serviteur de Cléonte, dans le but de duper Monsieur Jourdain et de favoriser les amours de son maître, met au point un stratagème burlesque : il fait croire au Bourgeois que le fils du Grand Turc, amoureux de sa fille, désire l’anoblir en l’élevant à la dignité de « Mamamouchi ». Sous le couvert d’une cérémonie farcesque qui enchante le héros, on conclut le mariage de Lucile et Cléonte, déguisé en Turc, ainsi que celui de Dorante et Dorimène.

Après les fastueuses représentations de Chambord, cette comédie connaît un succès durable, à Saint-Germain d’abord, à la ville ensuite.