Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > CONTI (Armand)

Molière de A à Z

CONTI (Armand)

La maison des Conti, branche cadette de la maison de Bourbon, fut formée en 1551 en faveur de Louis Ier de Bourbon, et s’éteignit en 1614 avec la mort de François son troisième fils. Elle fut relevée vers 1630 en faveur d’Armand de Bourbon, frère du Grand Condé, pour s’éteindre en 1814.

Né à Paris le 11 août 1629 d’un père Condé et d’une mère Montmorency, deux des plus illustres familles du royaume, Armand a pour parrain Richelieu et semble d’abord se destiner à l’état ecclésiastique, après avoir suivi un enseignement de théologie à Bourges et soutenu ses thèses en Sorbonne. Mais il s’engage finalement dans la même voie que son frère dont il est jaloux. Vivant dans l’ombre de sa sœur, la duchesse de Longueville, il est entraîné dans l’aventure de la Fronde, en tant que général de l’armée parlementaire et donc opposé du Grand Condé, alors partisan de la Cour. Il sera par la suite nommé Gouverneur de Guyenne, commandant de l’armée de Catalogne, et il épousera la nièce de Mazarin auquel il est lié. Plus tard, durant son gouvernement de Languedoc, dont la capitale est Pézenas, il se lie à Molière et devient son protecteur ; cette rencontre est déterminante pour la carrière de Molière, qui, fort de protections qui le conduiront devant Monsieur, frère du roi, jouera enfin devant Louis XIV lui-même (Voir Courtisan). Conti se convertira ensuite de façon spectaculaire, peut-être sous l’influence de l’évêque d’Alet, et prendra part à la fameuse Querelle du Tartuffe, publiant son Traité de la comédie et des spectacles, selon la tradition de l’Église tirée des conciles et des Saints-Pères. (Voir Roger Duchêne, Molière, Paris, Fayard, 789 p., 1998).