Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact

Molière de A à Z

Costumes

Alors qu’au début du siècle, les comédiens sont pauvres et « vêtus infâmement », selon Tallement des Réaux, les choses changent après 1630. Les costumes, qui valent souvent fort cher, sont leur propriété personnelle et nous savons, grâce à des inventaires et à des actes notariés, qu’ils sont faits de riches étoffes, velours, satin, moire, toiles d’or et soie. Il n’est pas rare que des grands seigneurs offrent leurs habits de Cour à une troupe ; le Duc de Guise, Henri de Lorraine offre ainsi à L’Illustre Théâtre de nombreux et somptueux costumes, et Louis XIV lui-même donne quelques-uns des siens à Molière, à l’occasion de fêtes de Cour. Aucun souci de couleur locale, ni même de vraisemblance ne dicte leur choix pour une représentation : les bergers de pastorale sont vêtus comme des princes, les acteurs tragiques comme certains spectateurs installés sur scène, ce qui ne va pas sans quelque confusion, et les personnages orientaux portent tout au plus un turban sur leur habit de Cour. Pour les pièces comiques, il en va autrement, et nous connaissons les tenues que Molière a portées, grâce à l’inventaire après décès que nous possédons, et à des témoignages contemporains. On sait ainsi qu’il utilise parfois des tenues vestimentaires franchement caricaturales, comme dans Les Précieuses ridicules, où il joue le rôle de Mascarille, ce que rapporte Mlle Desjardins, en 1659, dans le Récit de la farce des Précieuses : « Imaginez-vous donc, Madame, que sa perruque était si grande qu’elle balayait la place à chaque fois qu’il faisait la révérence […] ; son rabat se pouvait appeler un honnête peignoir, et ses canons semblaient n’être faits que pour servir de caches aux enfants qui jouent à cligne-musette […]. Un brandon de galants lui sortait de sa poche comme d’une corne d’abondance, et ses souliers étaient si couverts de rubans qu’il ne m’est pas possible de vous dire s’ils étaient de roussi, de vache d’Angleterre ou de maroquin ; au moins sais-je bien qu’ils avaient un demi-pied de haut. »