Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > École des femmes (L’)

Molière de A à Z

École des femmes (L’)

Comédie en cinq actes et en vers, représentée le 26 décembre 1662, au théâtre du Palais-Royal. Un barbon, Arnolphe, qui veut être appelé M. de la Souche, a fait élever à la campagne sa pupille, Agnès, de manière à la maintenir dans la naïveté la plus complète, pour trouver en elle une épouse fidèle et parfaitement soumise à ses volontés. Mais le jeune Horace, fils d’un de ses amis, vient lui dire son inclination pour une charmante jeune fille qu’il a seulement aperçue, car elle est cloîtrée par un certain M. de la Souche. Arnolphe, inquiet, écoute le récit de la scène par la naïve Agnès qu’il met en garde. Il l’invite à chasser le galant s’il revient, et décide de hâter le mariage. Prenant une précaution supplémentaire, il fait à sa pupille un sermon sur les commandements du mariage et l’effraie en évoquant le sort des femmes infidèles, promises à l’enfer. Horace revient ingénuement lire à Arnolphe la tendre lettre qu’Agnès lui a adressée, en feignant de lui lancer un « grès ». Le jeune homme fait part au barbon de son projet d’enlever la belle durant la nuit, ce qui pousse Arnolphe à préparer le contrat de mariage et à organiser un guet-apens avec l’aide de ses domestiques. Horace, surpris et légèrement blessé lors de sa tentative, fait le mort ; Agnès le rejoint, mais le jeune homme, soucieux de ne pas la compromettre, la confie à Arnolphe dont il ignore toujours le double nom. Malgré les menaces et les prières de son tuteur, la jeune fille a ouvert les yeux et n’entend épouser qu’Horace. Heureusement, le retour d’Amérique, à point nommé, du père d’Agnès remet tout en ordre et les amoureux peuvent s’unir.

Cette comédie connaît immédiatement un vif succès ; Molière en donne une soixantaine de représentations, ce qui suscite la jalousie de ses rivaux et provoque la querelle dite de L’École des femmes.