Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > Fourberies de Scapin (Les)

Molière de A à Z

Fourberies de Scapin (Les)

Comédie en trois actes et en prose représentée le 24 mai 1671 au théâtre du Palais-Royal. Le jeune Octave a épousé sans le consentement de son père, Hyacinthe, une jeune fille pauvre et d’origine inconnue. Léandre, son ami, compte de son côté se marier à Zerbinette, une jeune Égyptienne. Quand ils l’apprennent les pères sont furieux : Argante, qui avait d’autres projets veut faire casser le mariage de son fils. Géronte entend également s’opposer au projet de Léandre. Le valet Scapin, qui a plus d’un tour dans son sac, promet aux amoureux de les tirer d’affaire : il fait tenir à Silvestre, un autre valet, le rôle du frère d’Hyacinthe : il le fait passer pour un soldat brutal qui effraie Argante. Ensuite, il fait croire à Géronte que son fils a été enlevé par un Turc sur sa galère ; mais loin de se contenter de soutirer de l’argent aux vieillards, Scapin entend également faire payer son attitude à Géronte : feignant de le protéger de l’attaque d’une troupe de spadassins, il le fait entrer dans un sac et le bâtonne abondamment. Comme Géronte s’aperçoit de la supercherie, Scapin doit s’enfuir, ce qui le met en position délicate. Tout va s’arranger car on découvre que Hyacinthe est la fille de Géronte et que Zerbinette est celle d’Argante, enlevée en bas âge par des Égyptiens. Afin de faire oublier ses fourberies et d’arracher son pardon, Scapin se fait transporter en civière en feignant d’être à l’article de la mort.

Cette comédie éclatante n’obtient pas du vivant de Molière, avec dix-huit représentations, le succès qu’elle connaîtra par la suite, puisqu’elle sera jouée cent quatre-vingt-dix-sept fois de 1673 à 1715.