Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > Gloire du Val-de-Grâce (La)

Molière de A à Z

Gloire du Val-de-Grâce (La)

Ami de Pierre Mignard, Molière écrit ce long poème de 366 vers, imprimé en 1669, car le peintre s’est vu confier la fresque de la coupole du Val-de-Grâce, l’un des monuments les plus prestigieux du Paris de l’époque, fondé par Anne d’Autriche. Mignard exécute ainsi la plus grande fresque du monde, qui représente, dans une gloire, la reine offrant cette église à Dieu, entourée de plus de deux cents personnages. Molière renonce pour son ami à la solution de facilité qui consiste à décrire la fresque et préfère illustrer les principe fondamentaux de la peinture, au point que Boileau, fort sensible en l’occurrence à la qualité de la versification de Molière, y voit « un traité complet de peinture », et qu’il développe ce parallèle fort judicieux : « Dans ce poème sur la Peinture, il a travaillé comme les peintres à l’huile qui reprennent plusieurs fois le pinceau pour retoucher et corriger leur ouvrage, au lieu que, dans ses comédies où il fallait beaucoup d’action et de mouvement, il préférait les brusques fiertés de la fresque à la paresse de l’huile. » Outre le fait que Molière donne à cette occasion une preuve de la qualité de son amitié, il se révèle à la fois pédagogue averti — dans le genre d’ordinaire fort ingrat de la poésie didactique —, et aussi un critique d’art averti.