Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact

Molière de A à Z

Lecture

Molière considère que, contrairement à la tragédie, écrite à la fois pour la représentation et pour la lecture, car la beauté de son langage se suffit à elle-même, la comédie ne donne sa mesure que sur la scène, et qu’elle s’appauvrit quand on la prive du jeu de l’acteur. Il le dit dans le célèbre avis « Au lecteur » de l’Amour médecin : « Il n’est pas nécessaire de vous avertir qu’il y a beaucoup de choses qui ne dépendent que de l’action. On sait bien que les comédies ne sont faites que pour être jouées ; et je ne conseille de lire celle-ci qu’aux personnes qui ont des yeux pour découvrir dans la lecture tout le jeu du Théâtre. Ce que je vous dirai, c’est qu’il serait à souhaiter que ces sortes d’ouvrages pussent toujours se montrer à vous avec les ornements qui les accompagnent chez le Roi. » Il n’empêche que la pratique de la lecture d’une œuvre nouvelle, avant la première, est fort répandue, car elle contribue évidemment au lancement publicitaire de celle-ci ; on sait d’autre part que la lecture privée peut être une arme dans les luttes de notre dramaturge ; ainsi, durant « l’affaire du Tartuffe », Molière lit son œuvre au cardinal Chigi, légat du Pape, et cela suffit à lever les craintes de l’homme d’Église.