Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > Monsieur de Pourceaugnac

Molière de A à Z

Monsieur de Pourceaugnac

Comédie-ballet en trois actes, représentée le 6 octobre 1669, à Chambord. Julie et Éraste s’aiment mais ne peuvent se marier, car Oronte, le père de la jeune fille, la destine à un gentilhomme limousin, M. de Pourceaugnac. Heureusement deux personnages singuliers, Nérine et le Napolitain Sbrigani, se font forts d’obliger l’indésirable provincial à regagner Limoges. Celui-ci se fait remarquer, dès son arrivée, par ses manières et par sa mise qui suscitent les moqueries, mais Sbrigani lui fait des protestations d’amitié et prétend le protéger. Éraste survient, feint de reconnaître en M. de Pourceaugnac un vieil ami, bien qu’ils ne se soient jamais vus, de sorte que celui-ci accepte l’hospitalité qui lui est offerte. On le fait alors passer pour fou auprès de deux médecins qui discutent fort doctement de son cas ; plus il se dit sain d’esprit, plus ils pensent que son état mental est critique, et on le soigne de force au cours d’un ballet burlesque. Le malheur s’acharne sur le Limousin : un marchand flamand fait savoir que M. de Pourceaugnac est criblé de dettes ; quant à Sbrigani, il laisse entendre au malheureux que sa promise n’est qu’une coquette, de sorte que, quand celle-ci feint de tomber soudainement amoureuse de lui, il se montre très réservé devant ses avances. Enfin, alors que le père de Lucile revient sur sa décision, Pourceaugnac doit affronter deux femmes qui se prétendent ses épouses. De faux exempts arrêtent le gentilhomme, et il n’échappe à la pendaison qu’en s’enfuyant vers Limoges. Sbrigani l’a accusé d’avoir enlevé Lucile, ce qui met son père au désespoir, et cette dernière ruse permet à Éraste de se présenter en sauveur de la jeune fille et d’obtenir sa main.

Monsieur de Pourceaugnac constitue un précieux exemple de l’esthétique de la comédie-ballet, car Molière s’efforce ici d’intègrer les ballets à l’action de la pièce grâce aux hallucinations du héros. Cette œuvre, qui obtient un très vif succès, est représentée quarante-neuf fois du vivant de son auteur.