Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact

Molière de A à Z

MONTFLEURY

(Zacharie Jacob, dit, comédien et auteur dramatique, 1600-1667). Après des débuts à l’Hôtel de Bourgogne vers 1638, il joue aussi bien les rôles comiques que les rôles sérieux, mais, précise Robinet, un contemporain : « Non les rôles tendres et doux/ Mais de transport et de courroux. » Son obésité est raillée par Cyrano de Bergerac, ainsi que par Molière lui-même qui y fait allusion en ces termes, dans L’Impromptu de Versailles : « Il faut un roi qui soit gros et gras comme quatre, un roi, morbleu ! qui soit entripaillé comme il faut, un roi d’une vaste circonférence, et qui puisse remplir un trône de la belle manière. » En fait les deux hommes s’opposent sur la question de la diction tragique, car le vieux Montfleury est un tenant de l’emphase déclamatoire, et il passe aux yeux de nombreux contemporains, dont Richelieu, Tallemant des réaux, Chappuzeau, Donneau de Visé, Saint-Évremond, et même Baron, pour un excellent comédien, ce qui est attesté par la tradition au XVIIIe siècle ; on peut lire en effet dans le Mercure de mai 1738 qu’il était « plein de sentiments pathétiques et quelquefois jusqu’à faire perdre la respiration aux spectateurs ». Il crée notamment les rôles de Prusias dans Nicomède, de Sphax dans Sophonisbe, et de Poros dans Alexandre de Racine. Il laisse une tragédie, La Mort d’Asdrubal (1647), qui est une mise en vers du Sac de Carthage de La Serre.