Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact

Molière de A à Z

Orateur

Le titulaire de cette importante fonction, que Molière a remplie avant de la confier à La Grange en 1664, s’occupe de la publicité de la troupe. L’orateur se charge donc de concevoir et de faire imprimer les petites affiches annonçant les représentations, qui tantôt se bornent à indiquer le titre de la pièce et le nom de l’auteur, tantôt mentionnent le succès du spectacle, afin d’inviter le public à y venir assez tôt pour y trouver de la place. On pense qu’il appartient aussi à l’orateur d’informer les gazetiers sur la nature et la distribution d’un spectacle en préparation. Enfin, au terme de la représentation, l’orateur vient s’adresser au public, dit Chappuzeau, pour « captiver la bienveillance de l’assemblée. Il lui rend grâces de son attention favorable, il lui annonce la pièce qui doit suivre celle qu’on vient de représenter et l’invite à la venir voir par quelques éloges qu’il lui donne. » Quand, à son retour de province, Molière joue pour la première fois devant le souverain dans la salle des Gardes du vieux Louvre, c’est lui qui, en bon orateur, sauve la situation, après l’accueil mitigé réservé à Nicomède, comme le rapporte Jean Vivot, probable témoin de la scène, dans la préface de l’édition de 1682 :

La pièce étant achevée, Monsieur de Molière vint sur le théâtre ; et, après avoir remercié Sa Majesté en des termes très modestes de la bonté qu’Elle avait eue d’excuser ses défauts et ceux de toute sa troupe, qui n’avait paru qu’en tremblant devant une assemblée si auguste, il lui dit que l’envie qu’ils avaient eue d’avoir l’honneur de divertir le plus grand Roi du monde, leur avait fait oublier que Sa Majesté avait à son service d’excellents originaux, dont ils n’étaient que de très faibles copies, mais que puisqu’Elle avait bien voulu souffrir leurs manières de campagne, il la suppliait très humblement d’avoir agréable qu’il lui donnât un de ces petits divertissements qui lui avaient acquis quelque réputation, et dont il régalait les provinces. Ce compliment, dont on ne rapporte que la substance, fut si agréablement tourné et si favorablement reçu, que toute la Cour y applaudit…