Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > Salle des Gardes du Vieux Louvre

Molière de A à Z

Salle des Gardes du Vieux Louvre

C’est dans cette salle aménagée en théâtre, aussi appelée salle des Cariatides en raison des statues exécutées par Jean Goujon vers 1550 pour soutenir la tribune, que Molière fait, devant le jeune Louis XIV, la Cour et les comédiens officiels de l’Hôtel de Bourgogne ses débuts à Paris, après sa longue tournée en province, le 24 octobre 1658. Voici le récit que fait Jean Vivot, dans la préface de son édition de 1682, de cet épisode dont il a très probablement été le témoin direct, en tant que possesseur d’une charge de Contrôleur d’office de la Maison du Roi.

[…] le 24 octobre I658, cette troupe commença de paraître devant Leurs Majestés et toute la Cour, sur un théâtre que le Roi avait fait dresser dans la salle des Gardes du vieux Louvre. Nicomède, tragédie de Monsieur de Corneille l’aîné, fut la pièce qu’elle choisit pour cet éclatant début. Ces nouveaux acteurs ne déplurent point, et on fut surtout fort satisfait de l’agrément et du jeu des femmes. Les fameux comédiens qui faisaient alors si bien valoir I’Hôtel de Bourgogne étaient présents à cette représentation. La pièce étant achevée, Monsieur de Molière vint sur le théâtre ; et, après avoir remercié Sa Majesté en des termes très modestes de la bonté qu’Elle avait eue d’excuser ses défauts et ceux de toute sa troupe, qui n’avait paru qu’en tremblant devant une assemblée si auguste, il lui dit que l’envie qu’ils avaient eue d’avoir l’honneur de divertir le plus grand Roi du monde, leur avait fait oublier que Sa Majesté avait à son service d’excellents originaux, dont ils n’étaient que de très faibles copies, mais que puisqu’Elle avait bien voulu souffrir leurs manières de campagne, il la suppliait très humblement d’avoir agréable qu’il lui donnât un de ces petits divertissements qui lui avaient acquis quelque réputation, et dont il régalait les provinces. Ce compliment, dont on ne rapporte que la substance, fut si agréablement tourné et si favorablement reçu, que toute la Cour y applaudit, et encore plus à la petite comédie, qui fut celle du Docteur amoureux. […] Comme il y avait longtemps qu’on ne parlait plus de petites comédies, I’invention en parut nouvelle, et celle qui fut représentée ce jour-là divertit autant qu’elle surprit tout le monde. Monsieur de Molière faisait le Docteur ; et la manière dont il s’acquitta de ce personnage le mit dans une si grande estime, que Sa Majesté donna ses ordres pour établir sa troupe à Paris. La salle du Petit-Bourbon Iui fut accordée pour y représenter la comédie alternativement avec les comédiens italiens.